D’après le rapport OMS-PNUE 2012, près de 800 substances chimiques ont des propriétés perturbatrices endocriniennes avérées  ou suspectées. La liste de substances suspectées de ce type d’effets est modifiée régulièrement en fonction de la production de nouvelles connaissances. Parmi elles : certains pesticides, des plastifiants (phtalates, Bisphénol A), des produits d’hygiène (Triclosan), etc.
Lire la suite sur santepublique